Catégorie : Injection Plastique

Education

Intégrateur robotique : Plus que jamais, un métier de passion et d’avenir

En devenant le 85e métier à intégrer officiellement la compétition WorldSkills International, le métier d’intégrateur robotique acquiert la reconnaissance qu’il mérite. Fait rare, cette officialisation intervient un an à peine après la première finale de démonstration à Kazan, preuve que l’intégration robotique est une compétence indispensable à l’industrie. Sous tension depuis des années et appelée à se développer encore plus rapidement dans les années à venir, cette profession avait besoin d’un référentiel pour être valorisée dans les systèmes d’éducation et d’une vitrine pour susciter les vocations. C’est désormais chose faite. FANUC France, qui œuvre depuis 2014 à transmettre sa passion de la robotique aux jeunes, se réjouit du succès de son partenariat avec Worldskills et prépare déjà les futurs représentants de la France à la finale mondiale de Shanghai en 2022.

Injection PlastiqueTémoignages

ADP 85 se dote de la première presse à injecter de 500 tonnes 100% électrique du Grand Ouest

Basée aux Epesses, en Vendée, à 10 minutes de l’autoroute A87, et 1 heure de Nantes et d’Angers, ADP 85 vient d’intégrer la dernière née de la gamme FANUC Roboshot : une presse à injecter 100% électrique de 500 tonnes de force de fermeture.

Cette machine, sans équivalent dans le Grand Ouest, est destinée à produire des pièces techniques de grandes dimensions pour des marchés très divers : motoculture, mobilier urbain, sanitaire, contrôle d’accès, puériculture, etc.

Avec cette presse gros tonnage, ADP 85 franchit un pas supplémentaire dans son passage à l’injection 100% électrique.

Injection PlastiqueProductivité

MC Plast s’appuie sur les presses électriques Fanuc pour développer l’injection de plastiques biosourcés

Plusieurs fois primée pour ses innovations en matière de développement durable, cette petite entreprise nantaise de 4 personnes a investi dans sa première presse 100% électrique Fanuc en 2015 et, après en avoir acheté une deuxième en 2019, envisage de convertir l’ensemble de son parc à cette technologie d’ici 10 ans.